Adhérez à notre association
soumettre votre projet

Bénin – Formation de jeunes agriculteurs

institut de Govie

Nous soutenons une formation qui permet à de jeunes béninois de s’installer comme agriculteurs.

Des formations universitaires en agronomie existent déjà au Bénin. Elles sont utiles pour former une nouvelle génération d’agronomes qui travailleront dans des organismes et institutions. Mais c’est pour le projet du jeune Institut universitaire professionnel de Govié que nous avons eu un coup de cœur : il a en effet pour ambition de former de futurs agriculteurs et agricultrices afin qu’ils puissent vivre du travail de leur terre. 

Favoriser l’autonomie d’agriculteurs sur tous les territoires étant l’une de nos priorités, il nous a paru évident de soutenir cette formation.

Un institut universitaire professionnel agricole

Ouvert en 2017 au Sud du Bénin, l’Institut Saint Jean-Eudes de Govié, dans la commune d’Allada, forme en deux ans de futurs agriculteurs et agricultrices. Pour être accepté.e.s, les étudiant.e.s doivent disposer dans leur village d'un lopin de terre de 2 hectares ou plus afin d'être opérationnel dès la fin de la formation. Celle-ci est sanctionnée par un diplôme universitaire dans les métiers de l’agriculture reconnu par le Ministère de l’Enseignement Supérieur du Bénin.

Une formation en deux ans axée sur la pratique

La première année, les étudiants alternent cours théoriques et pratiques en agriculture, maraîchage et élevage à l’Institut, qui dispose d’une exploitation de 30 hectares. On y enseigne également diverses techniques de transformation des produits agricoles. Les jeunes les plus éloignés peuvent séjourner sur place dans un foyer dédié.

La seconde année, les étudiants agriculteurs mettent en œuvre leurs acquis sur leur propre terrain. Les professeurs assurent alors un suivi régulier de l’exploitation, jusqu’à la soutenance finale qui se déroule chez le jeune agriculteur.

L’exemple d’Alphonse Avoce : étudiant en seconde année

Alphonse fait partie d’une très modeste famille d’agriculteurs de la région d’Allada. Il a 25 ans, deux enfants, et souhaite être paysan comme son père. C’est ce dernier qui lui a confié des terres afin qu’il puisse intégrer la formation. Sur sa parcelle de 2 hectares, qui se situe à 15 minutes à pieds de son village, Alphonse, met en pratique ce qu’il a appris à l’Institut. Il est notamment très fier de son compost.

Le soutien du CŒUR de VIVESCIA

C’est en 2020 que nous avons commencé à soutenir l’Institut. Nous tenions à le faire de deux manières : 

  • d’une part, via une contribution financière qui se manifeste à la fois par le parrainage d’une promotion d’étudiants et par le financement du matériel dans l’atelier de transformation des productions ;
  • d’autre part, en partageant nos compétences en agronomie et notre expertise dans le modèle coopératif. 

Ce second soutien prend la forme d’une mission annuelle, pour laquelle sont volontaires des agriculteurs et collaborateurs de notre groupe, qui viennent partager leur savoirs et savoir-faire. La première mission a eu lieu en janvier 2020 (voir l’interview d’Orphée Maillard)
 

Sur son sol très argileux, il cultive du manioc, du maïs, un peu de tomates, de l’ananas et de la patate douce. Toutes ses cultures sont en agriculture biologique sauf l’ananas qui n’est pas valorisé en bio.

Alphonse Avoce

L’interview d’Orphée Maillard, en mission à l’Institut en janvier 2020

L’interview d’Orphée Maillard

Responsable de communication chez Kalizea (spécialiste européen de la transformation du maïs au sein du groupe VIVESCIA), Orphée Maillard s’est portée volontaire pour une mission à Govié en janvier 2020. Elle en garde un très bon souvenir.

Comment s’est passé votre séjour ?


Nous sommes tout de suite allés à la rencontre des jeunes de seconde année dans leur village. C’est là que nous avons rencontré Alphonse qui nous a montré sa parcelle. Parmi nous, il y avait Michel Denis, expert en agriculture de conservation des sols (ACS), qui était là pour apporter des conseils en la matière. Il a organisé une journée devant 17 étudiants pour reprendre les bases de l’ACS qui sont d’ailleurs très proches des pratiques de l’agro-écologie enseignées à l’Institut de Govié. De mon côté, j’ai animé une demi-journée autour du modèle coopératif et de l’intérêt de travailler en groupe. 

Quel regard portez-vous sur cette première expérience au Bénin ?


Je suis épatée par la volonté de ces jeunes agriculteurs de s’en sortir, ils font des miracles avec pas grand-chose ! C’est une excellente nouvelle que Le CŒUR de
VIVESCIA puisse les accompagner et leur donner accès à une formation pour une agriculture de qualité et respectueuse de l’environnement.

Partagez sur les réseaux sociaux :

Galerie médias

charger plus de media

Devenez acteur de l'association !

Adhérer à l’association Le CŒUR de VIVESCIA, c’est vous engager à nos côtés dans les actions que nous portons

Adhérez à notre
association

Vous pouvez obtenir un soutien financier pour lancer vos projets ou développer une initiative par Le CŒUR de VIVESCIA.

Soumettre un
projet

Contact de l'association

Patricia JOANOT
03 25 72 56 64
lecoeurdevivescia@vivescia.com

Nous écrire